Les châteaux

Le château de Mauzun

JPEG - 260.1 ko
Château de Mauzun

«  Qui tenait Mauzun commandait l’Auvergne  » (tiré du site internet du château de Mauzun)
Forteresse datée du XIIIème siècle, nommé le Géant d’Auvergne, exemple type du château philippien, le château de Mauzun est l’un des rares témoignage de la défense militaire au Moyen-Âge qui ait survécu jusqu’à nos jours. Une enceinte de 16 tours qui entoure une autre de 4, formant plus de 2000m de murailles, composent une des plus importantes places fortes de son époque. Ce château fut élevé sur une butte volcanique, d’abord par les comtes d’Auvergne, puis par les évêques de Clermont. Pendant quatre siècles, il est le symbole du pouvoir en Auvergne et sera disputé à chaque période de trouble.

Le Château des Martinanches - Saint-Dier d’Auvergne

JPEG - 261.6 ko
Château des Martinanches

Au fond d’un vallon, dans un parc, se trouve ce château qui séduit. Entouré de larges douves accessible par deux ponts, il est composé d’un corps de logis rectangulaire garni de tours d’angles et, plus tard, d’une aile au nord. Elevé au XIème siècle, il a été remanié au XVème, puis au XVIIIème siècle. Les pièces de réception dégagent une agréable impression d’intimité grâce à l’authenticité conservée. Salon voûté avec cheminée monumentale, salle à manger aux 23 chaises. Plafonds à la française , parquets fougères, porcelaine de la compagnie des Indes, faïences des Tuileries. Le château possède encore une collection de 3 jardins qu’il ne faut pas manquer !

Le Château de Boissonnelle - Saint-Dier d’Auvergne

Ce sont les vestiges d’un château qui occupait la partie sud d’un éperon rocheux dominant le ruisseau des Ribbes. Sur le flanc Est subsiste une courtine reliant une grosse tour semi-circulaire, au nord, et une plus petite circulaire, marquant un angle au sud. Sur le flanc ouest, qui est le plus abîmé, s’ouvre une porte en plein-cintre. La terre est mentionnée, dès le XIème siècle, comme appartenant à Hughes Boissonnelle. De cette époque subsiste la motte castrale primitive, au sud du château en pierre. Plus tard, la terre passera au mains de nombreux seigneurs, dont les Montboissier et les Montmorin. Au XVIIIème siècle, le château est porté debout sur la carte des Cassini. En 1902, une description indique que sa cour est entourée de bâtiments d’exploitation habités, la chapelle castrale se dresse à l’ouest.

Le Château de Montmorin

JPEG - 199.1 ko
Château de Montmorin

Campé sur une butte à 5km au sud-est de Billom, cette forteresse est le berceau de la puissante famille de Montmorin. C’est un important complexe défensif des XIIème et XIIIème siècles dont la première enceinte est actuellement restaurée. La porte fortifiée encadrée de ses deux tours et surmontée de mâchicoulis est particulièrement intéressante. Au cours de l’histoire, le château aurai dû être démoli, mais grâce à la puissance de ses défenses, il a été déclaré comme étant impossible à détruire. Aujourd’hui, il présente dans quatre salles, de riches collections d’armes et mobilier du XIIIème siècle au XVIIIème siècle Depuis 2009, une statue a été érigée en l’honneur du plus vieux propriétaire du château connu, Calixte Ier, le montrant dans l’habit du templier avec un bouclier à l’effigie de l’Ordre du Temple La salle commune est le reflet de la vie auvergnate. Visites des fouilles archéologiques et travaux de rénovation.

Le Château de Seymiers - Fayet-le-château

Au Moyen-Âge, la paroisse de Fayet dépend de deux fiefs : la Foresterie et Seymiers. C’est en 1539 qu’Antoine de Seymiers épouse Anne de la Barge, dernière héritière de la Foresterie. Dès lors, c’est à Seymiers que réside le seigneur. Plus tard, il est acheté par la famille de Montmorin qui y réside. En 1740, le château d’ordonnance classique devait recevoir Louis XV. En 1924, le capitaine de frégate Emile Muselier, connu plus tard sous le titre « d’Amiral Muselier » ou de « Chef de la Flotte Française libre » aux côtés de De Gaulle, rachète le château. Mais le 14 novembre 1927, un incendie ravage l’édifice. Au rez-de-chaussée, une porte en plein cintre dont les pilastres doriques supportent l’entablement où l’on remarque une corniche surmontée d’un fronton , contenant deux médaillons du lion rampant, symbole des Montmorin. Château privé

JPEG - 130.2 ko
Château de Coppel

Tour de Coppel - Saint-Julien de Coppel

On estime la construction du château vers la fin du XIIème siècle et le XIIIème siècle. Il ne reste aujourd’hui plus que des vestiges. L’édifice faisait partie d’un ensemble de châteaux forts groupés autour de Billom. Au nord, une chapelle devait être accolé. Il a été utilisé jusque vers 1860, date de son effondrement. Aujourd’hui, les restes présentent une tour éventrée sous laquelle se trouvent des salles souterraines, ainsi que des pans de murs. Ce site est classé Monument Historique en 1926.

Le Château de Montaigut - Glaine Montaigut

Le Château de Montaigut qui existait en son entier en 1686, mais dont il ne reste aujourd’hui que des ruines, occupe une position avantageuse sur une hauteur qui lui permet de dominer toute la région environnante.
Il fut vendu en 1295 par le Roi Philippe le Bel à Guillaume Aycelin, seigneur de Brousillière (paroisse de Bongheat). La famille Aycelin en prit le nom et le posséda jusqu’au XVème siècle.
Le château a été entièrement détruit par Richelieu au XVIème siècle.

Ancien Château de Vassel

Ce château est mentionné en 1450 comme possession de Bertrand de Vassel.
L’édifice se compose d’un bâtiment rectangulaire flanqué d’une tourelle d’escalier. S’il a été très modifié extérieurement, l’édifice conserve, à l’intérieur, quelques menuiseries d’époque Louis XIII, ainsi qu’un plafond à poutrelles apparentes de la même époque. La tourelle d’escalier date du 15e siècle. Sa porte d’entrée est ornée de crochets de pinacles et surmontée de trois niches à dais et culs-de-lampe. Les fenêtres de cet escalier ont des linteaux d’ornementation variée. En 1671, le château était entouré de fossés avec une basse cour.